cours 39 : Méthode pour le travail de l'improvisation ou de la composition musicale

Pour l'improvisation comme pour la composition, il faut avoir des connaissances musicales sinon on fait n'importe quoi.

Ces notions peuvent s'acquérir en analysant des oeuvres classiques ou modernes, des chansons...

L'improvisation se fait dans un cadre harmonique, dans lequel un instrumentiste joue en solo, des phrases musicales qui sonnent le mieux possible avec l'accompagnement.

On peut commencer à improviser avec des connaissances simples sur les modes des gammes pentatoniques, par exemple.

Le lien ci-dessous donne une démonstration de ce que l'on peut jouer facilement au piano, en utilisant la gamme pentatonique.

Le cours est en anglais, mais très pédagogique et compréhensible sans grande connaissance de l'anglais.

Lien externe : youtube Improvisation with pentatonic scale

On rencontre des improvisations dans le Jazz, mais aussi dans la musique baroque du XVII ième siècle.

Pour pouvoir improviser, on commence par choisir une tonalité et une suite d'accords qui sera utilisée pour accompagner le soliste.

Ensuite il faut choisir un style de musique, caractérisé par la nature des accords utilisés dans la grille et surtout par le rythme de base du morceau.

La grille mentionnera le nom des accords utilisés dans chaque mesure, écrit dans un langage conventionnel plus ou moins savant.

Pour le Jazz, le rock, le blues...une notation anglosaxonne assez simple décrit les accords (sans indiquer leur renversement)

Dans la musique bclassique, la notation en basse chiffrée est plus précise, car elle indique quelles sont les notes des accords qu'il faut jouer au-dessus de la basse.

Après avoir pris connaissance de toutes ces notions, le soliste est libre de jouer des phrases musicales en même temps que l'accompagnement.

Pour cela, il choisira des notes prises parmi un ensemble de notes de la tonalité courante

Ces notes peuvent appartenir à un mode bien adapté à l'accord courant, ou être ornementé avec des notes étrangères, sous forme d'appogiatures, de trilles...

Comme pour la composition musicale, les phrases musicales doivent satisfaire à quelques règles, pour que l'auditeur ne soit pas trop dérouté.

En particulier, une phrase pourra être répétée plusieurs fois.

Elle pourra être reprise ainsi que son rythme, dans un motif transposé.

Enfin, on pourra introduire des variations autour d'un même motif, comme on les rencontre dans la musique classique.

Voici quelques exemples d'improvisation dans des styles connus.

Improvisation dans le Jazz, le rock, le blues

La grille qui caractérise le rock...s'écrit, en Do majeur :

| C7 | C7 | | F7 | C7 | G7 F7 | C7 G7 |

On remarque que la grille ne contient que 3 accords de septième de dominante, répartis sur 6 mesures.

Pour les phrases musicales, on pourra utiliser les notes des modes de la tonalité de Do majeur, ainsi que les septième mineure si bémol et mi bémol des accords Do7 et Fa7

On remarquera que la septième si bémol de l'accord Do7 est aussi la quarte de Fa et que la septième mi bémol de l'accord Fa7 est aussi la tierce mineur de Do mineur.

Si on joue la note mi bémol en même temps que l'accord Do7, comme cette note n'appartient pas à cet accord, elle crée une tension qui est résolue dans le passage à l'accord de Fa7.

De même, on peut jouer la note si bémol en même temps que l'accord Fa7 ou remplacer la tierce la de Fa7 par sa quarte si bémol pour en faire un accord de Fa7 sus 4.

Ces retards ou notes de passage donnent du relief à l'improvisation.

Pour l'improvisation dans le Jazz, on utilise beaucoup les grilles II V I des tonalités majeures ou mineures.

Par exemple, en Do majeur, on aura :

| D7 | G7 | C7M | C7m ou Am7 |

Dans la tonalité de Do mineur, on aura :

| Dm75b | G7 | Cm7 | Cm7 |

Pour les phrases musicales, on peut utiliser les notes de la pentatonique majeure ou mineure, soit do ré mi sol la pour Do majeur ou do mi bémol fa sol si bémol pour Do mineur.

(on remarquera que les écarts entre les notes d'une pentatonique mineure correspondent aux ecarts du mode V d'une pentatonique majeure)

Si on ajoute la quarte augmentée à une pentatonique mineure, on obtient ce que l'on appelle une gamme blues.

La gamme blues sera utilisée pour l'improvisation, autant pour les tonalités majeures que mineures.

Dans le Jazz manouche, on utilise un rythme de pompe à 4 temps avec les temps 2 et 4 accentués et réalisé au médiator avec une guitare acoustique.

On peut aussi trouver des rythmes de rumba, de boléro ou de bossa.

Les grilles sont souvent des II V I, avec des répétitions A A B A.

Les accords mineurs septième quinte bémol sont souvent appelés accords demi-diminués, car il suffit d'abaisser la septième mineure d'un demi-ton pour obtenir un accord diminué.

On peut improviser en arpèges sur les accords, en leur ajoutant éventuellement la sixième ou la neuvième.

On trouve aussi des improvisations voisines dans la musique gitane flamenco, jouée sur un rythme de rumba.

La grille d'accord dans la tonalité de La mineur est | Am G F E7 |

Les phrases musicales utilisent les notes de la gamme de La mineur naturelle ou de La mineure harmonique.

La présence du tétracorde mi fa sol dièse la donne une teinte maure à l'improvisation.

Résumé et remarques finales du cours

On peut commencer à improviser au piano sans connaître l'harmonie, de la manière suivante :

Vous jouerez à la main droite et à la main gauche, des notes qui correspondent uniquement à des touches noires.

Exercice 60 : improvisation sur les touches noires du piano

Vous constaterez qu'il n'y aura aucune fausse note !

Pour augmenter encore l'impression que vous ne faites pas n'importe quoi, vous pouvez choisir des motifs de rythme ou des motifs de notes, que vous répéterez plusieurs fois.

Comme vous n'avez pas d'effort de mémoire à faire pour savoir sur quelles touches appuyer, vous pouvez concentrer votre attention sur les nuances, comme les notes liées ou piquées, les ralentis, les notes jouées pianissimo ou fortissimo, les arpèges ou les accords plaqués avec ou sans pédale...

Enfin, vous pouvez utiliser un conseil que l'on rencontre souvent dans les cours pour débutants, qui consiste à prolonger la durée de la note qui termine une phrase musicale assez courte, puis de la rejouer plusieurs fois jusqu'à ce qu'elle devienne machinale.

Mais alors, vous allez vous demander pourquoi avoir développé ce cours d'harmonie, pour en arriver à ces constatations !

En fait, si nous analysons les improvisations faites selon le modèle ci-dessus, nous voyons qu'il s'agit d'un morceau qui utilise les modes de la pentatonique en fa dièse, que les écarts entre les notes sont uniquement des secondes, des tierces ou des quintes, ainsi que leurs renversements.

Cela explique l'absence de fausse note, mais aussi le caractère un peu monotone et sans surprise de cette improvisation.

Pour aller plus loin et inventer des surprises obtenues en ajoutant des notes étrangères aux touches noires, il devient obligatoire d'avoir quelques notions d'harmonie, qui introduisent de nouveaux intervalles comme le triton, ainsi que les mouvements des voix, les enchaînements des accords, les retards et les notes de passage...

J'espère que ces notions vous permettront de progresser dans l'art d'improviser ou de composer au piano des morceaux divertissants.

retour dans latable des matières du cours de piano

Terminez et retourner dans la page index du site studyvox.free.fr