Glossaire sonore pour les cours de musique

Vous trouverez dans cette page, des mots que l'on rencontre souvent dans des cours d'harmonie, de piano...

Ces mots sont classés par ordre alphabétique et on donne pour chacuns d'eux, une description et un exemple sonore, pour faciliter leur assimilation.

Les exemples sonores sont construits avec les logiciels en ligne de studyvox, qui traitent les données musicales avec des notations que l'on rencontre pour écrire les accords, les tablatures...

Quand on active un lien avec un exemple sonore, on se retrouve dans une page du logiciel, qui contient des indications écrites et sonores.

Elle contient aussi des liens qui permettent dd'obtenir d'autres exemples, dans des tonalités de son choix...

Vous reviendrez ensuite dans cette page, en utilisant le lien vers la page glossaire sonore ou avec le raccourci ALT + Flèche gauche.

On utilisera des notations françaises ou anglosaxonnes usuelles, qui seront étendues pour plus de précision.

Pour les notations de basses chiffrées, on se limitera à l'écriture des degrés I II III... en chiffres romains, suivis d'une lettre comme a b c...pour les renversements et d'un chiffre comme 7 pour les accords de septième...

Ainsi, Vb7 représentera le deuxième renversement de l'accord de septième situé sur le cinquième degré de la tonalité courante.

J'ai choisi cette notation plutôt que les conventions classiques d'écriture des basses chiffrées, car elles me semblent plus accessibles à tous.

Pour un complément, avec l'écriture conventionnelle des accords en basses chiffrées, vous consulterez, par exemple :

Glossaire du cours d'harmonie de Jean-Louis Fabre (gradus ad parnassum)

Lien externe : Cours d'harmonie, Michel Baron, règles générales

A :

B :

C :

D :

E :

F :

G :

H :

I :

J :

K :

L :

M :

N :

O :

P :

Q :

R :

S :

T :

U :

V :

W :

X :

Y :

Z :

A :

Accord

Un accord est un ensemble de trois notes ou plus, prises parmi les notes d'une tonalité.

On peut choisir parmi plusieurs sortes de notations pour désigner les accords.

La notation la plus employée pour les grilles d'accords pour les chansons est la notation anglosaxonne, comme par exemple G7 C pour la cadence parfaite.

Dans les cours d'harmonie, on utilise la notation en basse chiffrée, qui consiste à placer des chiffres au-dessous de la tonique d'une tonalité, qui indiquent les positions des intervalles des notes situées au-dessus de celle-ci.

Cette notation un peu savante est parfois remplacée par un chiffrage qui utilise les degrés de la tonalité, écrits en chiffres romains et suivis d'une lettre a b c ou d qui précise le renversement de l'accord situé sur le degré indiqué, comme Vb I par exemple.

On peut aussi introduire une notation dans laquelle onprécise la suite des intervalles au-dessus de la tonique, avec des choix de signes pour la tierce, la quarte...

J'ai choisi les lettres majuscules S T Q V pour les intervalles majeurs ou justes de seconde tierce quarte quinte et sixte.

Les lettres minuscules s t x désignent les intervalles mineurs de seconde tierce et sixte.

On a choisi 7 et 7M pour la septième mineure et pour la septième majeure.

Avec cette notation, Tt est la forme fondamentale d'une triade majeure, tQ son renversement de sixte et QT son renversement de quarte et sixte.

Un ensemble quelconque de notes, sans liens entre elles, s'appelle un agrégat, et n'a pas besoin de notation particulière.

Accords de trois notes ou triades

Un accord de trois notes ou triade, qui contient une tonique, une tierce et une quinte, est appelé un accord parfait.

La tierce est majeure ou mineure.

Quand la tonique est à la basse, on parle de forme fondamentale.

Sinon, on parle de renversement.

Le premier renversement ou accord de sixte, correspond à placer la tierce à la basse.

Le second renversement ou accord de quarte et sixte, consiste à placer la quinte à la basse.

On redouble souvent la tonique à l'octave.

On écrira le nom de la basse suivi d'une barre oblique puis du nom de la tonique, et d'un m pour signifier que la tierce est mineure.

Si la basse n'est pas indiquée, l'accord est sous sa forme fondamentale.

Renversements C E/C G/C

Renversements Cm Eb/Cm G/Cm

Exemples de notations pour Do mineur forme fondamentale premier et second renversements :

Cm ou C/Cm E/Cm G/Cm en notation anglosaxonne

I Ia Ib en degré chiffré quand on a choisi la tonalité de Do mineur

tTQ TQt QtT en notation par superposition d'intervalles

Accord diminué

C'est un accord de trois notes constitué par une tonique, une tierce mineure et une quinte diminuée.

On le note sous la forme du nom de sa tonique suivie du mot dim

Accord Ddim ou Ré diminué

Exemples de notation pour Do diminué :

Cdim en notation anglosaxonne

tt en notation par superposition d'intervalles

Accord de quinte augmentée

C'est un accord de trois notes, constitué par une tonique, une tierce majeure et une quinte augmentée.

On le note sous la forme du nom de sa tonique suivie de 5#

Accord E5# ou Mi quinte augmentée

Exemples de notations pour Do augmenté :

C5# ou C+ en notation anglosaxonne

TT en notation par superposition d'intervalles

Accords sus 2 sus4 sus 7

Ce sont des triades dans lesquelles la tierce a été remplacée par la seconde, la quarte ou la septième.

On les désigne par le nom de la tonique, suivie de sus2 ou sus4 ou sus7.

Exemples de notation pour Do sus 4 :

Csus4 en notation anglosaxonne

QS en notation par superposition d'intervalle

Accords de septième

Un accord de septième est un accord de quatre notes obtenu en ajoutant une septième à une triade.

La septième peut être majeure, mineure ou diminuée.

On obtient ainsi des accords majeurs ou mineurs septième ou septième majeure, comme par exemple C7 Cm7 C7M Cm7M

Accords C7 C7M Cm7

Un accord diminué auquel on ajoute une septième diminuée est appelé accord de septième diminuée, comme par exemple C7dim.

Accord C7dim

Un accord diminué auquel on ajoute une septième mineure est appelé un accord mineur sept quinte bémol, comme par exemple Cm75b.

Accord Cm75b ou Do mineur septième quinte bémol

Un accord de septième construit sur le degré V d'une gamme majeure ou mineure est appelé un accord de septième de dominante.

Tous les autres accords de septième sont appelés accords de septième d'espèce.

On peut redoubler la tonique ou une note autre que la septième.

On peut supprimer la quinte ou la tonique, mais pas la tierce ou la septième.

Un accord de septième de dominante est identique pour un mode majeur ou pour un mode mineur.

G7 C G7 Cm

C'est le seul accord qui contient le triton, comme par exemple l'intervalle fa si pour sol 7.

Un accord de septième possède trois renversements, l'accord de sixte, de quarte et sixte et le troisième renversement avec la septième à la basse.

Renversements B/G7 D/G7 F/G7

Exemples de notation pour Do septième et ses trois renversements :

C7 E/C7 G/C7 Bb/C7 en notation anglosaxonne

Ttts ttsT tsTt sTtt en notation par superposition d'intervalle

Accords de neuvième, de onzième, de treizième

On obtient des accords de cinq notes, en ajoutant à un accord de septième, une neuvième ou une onzième ou une treizième.

On peut supprimer la tonique ou la quinte.

Ces accords possèdent quatre renversements, mais celui qui correspond à la neuvième à la basse n'est pas très usité.

Accords C9 Cm9

Exemples de notation pour Do neuvième sans sa quinte :

C9 E/C9 Bb/C9 en notation anglosaxonne

TQ+T Q+TT TTQ+ en notation par superposition d'intervalle

Accords altérés

Un accord altéré est un accord dans lequel une ou deux voix ont été altérées.

On rencontre sur tout les accords altérés de sixte du degré IV.

On les décrira dans les commentaires sur la sixte napolitaine, la sixte française et la sixte allemande.

Agrégat

On parle d'agrégat pour tout ensemble de notes qui n'est pas répertorié comme accord.

Un accord contient une tierce majeure ou mineure au-dessus de sa tonique, qui permet de reconnaître son caractère majeur ou mineur.

Quand un ensemble de notes ne contient pas de tierce, comme les accords sus 2, sus 4 ou sus7, on peut parler d'agrégats de notes.

Dans un accord, on peut supprimer des notes, mais on ne supprime pas sa tierce, qui caractèrise son caractère majeur ou mineur.

Altérations

Le dièse hausse une note d'un demi-ton.

Le bémol abaisse une note d'un demi-ton.

Le bécarre annule l'action d'un dièse ou d'un bémol dans une même mesure, en notation harmonique.

En notation anglosaxonne, on écrit c#, cb et c= pour dièse do, bémol do et bécarre do.

Gamme chromatique en notation française et anglosaxonne

On rencontre aussi le double dièse ## et le double bémol bb.

Anharmonie

Dans la gamme chromatique (bien tempérée) les notes c# et db, d# et eb...sont identiques.

On parle alors d'anharmonie.

Par contre, dans un contexte harmonique, on n'utilisera pas ces équivalences anharmoniques.

Par exemple, la tonalité de Do bémol majeur, qui contient 7 bémols à la clef, est équivalente, d'un point de vue anharmonique avec la tonalité de si majeur, qui contient 5 dièse à la clef.

D'un point de vue harmonique, on ne confondra pas l'écriture avec des notes bémolées avec leur équivalent en notes diésées.

Armure ou armature

Une armature (ou armure) est l'ensemble des dièses ou des bémols, placé en début de la portée, et qui affecte les notes d'une tonalité majeure.

La suite des dièses s'introduit de quinte en quinte, soit fa do sol ré la mi et si, pour les tonalités de sol, ré la mi si fa dièse et sol dièse majeur.

Accords de septième de dominante dans l'ordre des dièses

La suite des bémols s'introduit de quarte en quarte, soit si mi la ré sol do et fa pour les tonalités de fa si bémol mi bémol la bémol ré bémol sol bémol et do bémol majeur.

Accords de septième de dominante dans l'ordre des bémols

On peut reconnaître facilement quelle est la tonalité majeure d'un morceau, à partir de son armure.

Pour une armure avec des dièses, le dernier dièse est la sensible de la tonalité majeure courante.

Par exemple, si l'armure est fa do sol, la tonalité du morceau (s'il est en tonalité majeure) est La majeur.

Pour une armure avec des bémols, l'avant dernier bémol est la tonique de la tonalité majeure du morceau.

Par exemple, si l'armure est si mi la, la tonalité (si elle est majeure) est Mi bémol majeur.

Pour savoir si le morceau est écrit dans une tonalité majeure ou dans la tonalité relative mineure, il faut regarder si l'on trouve une note accidentée qui n'est pas dans l'armure de la tonalité (majeure)

Si cette note est la sensible de la gamme mineure harmonique du relatif mineur, le morceau est vraisemblablement dans la tonalité relative mineure.

Par exemple, si l'armure est fa do et si l'on remarque dans la partition la présence de la note la dièse, on est plutôt en Sol mineur et non en Ré majeur

En effet, la note la dièse est la sensible de la gamme de Si mineur harmonique, ton relatif mineur de Ré majeur.

(je rappelle que le relatif mineur d'une gamme majeure est construit sur le degré VI de la gamme majeure, donc une tierce mineure en dessous de sa tonique)

Arpège

Un arpège est une suite de notes d'un accord, exécutée avec un motif ascendant, descendant ou mixte.

On utilise en général le même motif pour arpèger les accords d'une grille.

Les arpèges sont souvent exécutés avec une même durée pour chaque note, tandis que les accords plaqués peuvent s'exécuter avec un motif de rythme.

Grille C/C Am Am Dm D/G7 avec accords plaqués avec le motif de rythme 1 2 2

Pour indiquer une suite de notes arpègées, on peut choisir une tonalité (ton et mode) et un motif de note qui contient les chiffres des positions des notes dans les arpèges d'une suite de modes.

Arpèges dans la tonalité de mi mineur avec la suite de modes 2 5 4 5 1 et le motif de notes 1 8 3 5 3 5 8 en noires

On peut aussi indiquer une suite de basses chiffrées de la tonalité choisie.

Arpèges dans la tonalité de Ré mineur avec la suite de basses chiffrées II V IV V7 I en blanches

B :

Basse, basse chiffrée

La basse est la note la plus grave de l'harmonie.

La notation des basses chiffrées consiste à indiquer la position des intervalles des notes d'un accord par rapport à sa basse.

Cette notation se rencontre dans les traités d'harmonie et dans les cours de conservatoire qui traitent de la composition à quatre voix, avec basse ou chant donné.

La notation des accords qui utilise les conventions anglosaxonnes est plus courante dans les chansons, les partitions pour piano ou guitare...

Elle utilise les lettres majuscules C D E F G A et B pour désigner la tonique de l'accord, suivie de m pour mineur, 7 9...pour un accord de septième, de neuvième...

On précise la basse, s'il y a lieu, par son nom suivi du signe / et placé devant la tonique de l'accord.

Une autre manière de chiffrer les accords est d'utiliser la notion de degré d'une tonicité.

La tonicité est la donnée d'un ton et d'un mode, comme par exemple La mineur harmonique

Dans cet exemple, le ton est La et le mode est le mode mineur harmonique.

On appelle degré les 7 notes successives du mode choisi et on les désigne par les chiffres romains I II III...VII

On ajoute la lettre a pour le premier renversement, b pour le deuxième...

On peut ajouter le chiffre 7 ou 9 pour les accords de septième ou de neuvième.

Cadence II Vb7 I dans le ton de Ré mineur harmonique

Bémol

Le bémol abaisse la note concernée d'un demi-ton.

On le désigne par la lettre b minuscule, que l'on place après la lettre qui désigne la note, en notation anglosaxonne, comme par exemple Bb pour Si bémol.

Remarque : en notation française, on écrit le mot bémol devant la note affectée, comme par exemple bémol Si.

Bécarre

Le bécarre annule l'action d'un dièse ou d'un bémol.

On le désigne par le signe = placé après la note concernée, en notation anglosaxonne, comme B= pour Si bécarre.

Remarque : en notation française, on écrit le mot bécarre devant la note concernée, comme par exemple bécarre Si.

C :

Cadence

Une cadence est une ponctuation de la phrase musicale.

On appelle cadence parfaite, l'accord du degré V suivi de l'accord du premier degré, les deux accords étant sous leur forme fondamentale.

Cadence parfaite V I en Do majeur

Cadence parfaite V I en Ré mineur

On appelle cadence plagale, l'accord du degré IV suivi de l'accord du premier degré I, les deux accords étant sous leur forme fondamentale.

Cadence plagale IV I en Do majeur

Cadence plagale IV I en Mi mineur

On appelle cadence évitée, un accord du degré V suivi d'un accord autre que l'accord du premier degré, comme par exemple la cadence V IV dans une tonalité majeure.

Cadence évitée V VI en Fa majeur

D :

Degré

On appelle degré les 7 notes d'une gamme.

Les degrés sont notés en chiffre romain I II III...VII

On peut utiliser le chiffrage dans une tonalité, en utilisant la notation des degrés.

Par exemple, pour l'improvisation en Jazz, on utilise les II V I en mode majeur ou en mode mineur, avec des accords de septième.

Suite II V I en Ré majeur

Suite II V I en Ré mineur

Les sept notes situées sur les degrés des gammes majeures ou mineures s'appellent la tonique, la seconde, la tierce, la quinte, la sixte et la septième.

La huitième note s'appele l'octave, puis la neuvième...et enfin la treizième.

Remarque :

On utilise aussi cette terminologie pour définir les intervalles d'une gamme.

Une seconde est un intervalle de deux degrés.

Une tierce est un intervalle de trois degrés.

Une quarte est un intervalle de quatre degrés.

Une quinte est un intervalle de cinq degrés.

Une sixte est un intervalle de six degrés.

Une septième est un intervalle de sept degrés.

Il existe des secondes mineures et majeures, des tierces mineures et majeures et des sixtes mineures et majeures.

On trouve des quartes et des quintes justes, diminuées et augmentées.

La sixte peut être augmentée (sixte altérée)

On trouve des septièmes diminuées mineures et majeures.

E :

Enharmonie

On parle d'enharmonie quand deux accords qui contiennent les mêmes notes, n'ont pas le même nom (selon le contexte)

Par exemple, C# et Db ou Cb et B

De même, Do 6 et La mineur 7 sont tous les deux constitués avec les notes do mi sol et la.

Accords C/Am7 et C6

F :

G :

Gamme

Une gamme est un ensemble de notes caractérisé par les écarts entre celles-ci.

Une gamme majeure correspond à deux tétracordes identiques séparés par un ton.

Chaque tétracorde correspond aux écarts un ton un ton un demi ton.

Gamme de Do majeur

La première note d'une gamme s'appelle la tonique.

Les notes suivantes sont la seconde, la tierce, la quarte, la quinte, la sixte et la septième.

On dit aussi premier degré, deuxième degré...au lieu de tonique, seconde...

On analysera les intervalles entre les différentes notes d'une gamme, car ils interviennent dans la construction des accords situés sur les degrés d'une tonalité.

Ici, on notera que l'écart entre la tonique et la tierce est un intervalle de deux tons, appelé tierce majeure.

L'intervalle entre la septième (ou sensible) et l'octave est un intervalle d'un demi-ton.

Une gamme mineure naturelle (ou mode de La) correspond aux écarts entre les notes obtenus en commençant par la sixième note d'une gamme majeure.

Gamme de La mineure naturelle

On notera que l'intervalle entre la tonique et la tierce est un intervalle d'un ton et demi (tierce mineure)

L'intervalle entre la septième et l'octave d'une gamme mineure naturelle est un intervalle d'un ton.

On augmente la septième d'un demi-ton, pour que la septième devienne une sensible (située un demi-ton au-dessous de l'octave)

On obtient ainsi une gamme mineure harmonique.

Gamme de La mineure harmonique

Les écarts entre les notes du second tétracorde d'une gamme mineure harmonique sont un demi-ton un ton et demi et un demi-ton.

Ce tétracorde à consonance orientale, est remplacé par le tétracorde d'une gamme majeure, pour donner une gamme mineure mélodique.

Gamme de La mineure mélodique

On trouve un grand nombre de gammes, qui peuvent servir pour la construction des accords, comme la gamme chromatique, la gamme par ton, les gammes diminuées ou demi-diminuées.

Une gamme chromatique contient 12 notes séparées chacune par un demi-ton.

Elles correspondent aux touches blanches et noires d'un piano, jouées successivements.

Il est commode d'utiliser une notation chiffrée de 1 à 12 et de 13 à 25, pour désigner les notes de la gamme chronatique en Do et de celle de son octave supérieure.

On utilise le chiffrage 1_ 2_ ... 24_ pour les 2 gammes chromatiques des octaves qui précèdent.

Gamme chromatique à partir de la note do

Une gamme pentatonique est constituée de 5 notes.

Les écarts entre les notes des gammes pentatoniques correspondent aux écarts entre les touches noires du piano, c'est à dire un ton un ton un ton et demi un ton et un ton.

Gamme pentatonique majeure en Fa#

Enfin, d'autres gammes sont caractéristiques d'un style, comme les gamme blues par exemple.

Gamme blues en Do

H :

I :

Intervalle

Un intervalle est l'écart entre deux notes, caractérisé par un nombre de demi-tons (et par l'ensemble des notes d'une gamme qu'il contient)

Un unisson est un intervalle de zéro demi-ton.

Une seconde est un intervalle de 2 demi-tons et la seconde diminuée, un intervalle d'un demi-ton.

La tierce majeure est un intervalle de 4 demi-tons et la tierce mineure, un intervalle de trois demi-tons.

La quarte (juste) est un intervalle de cinq demi-tons.

La quinte (juste) est un intervalle de sept demi-tons.

La sixte majeure est un intervalle de 9 demi-tons et la sixte mineure est un intervalle de huit demi-tons.

La septième majeure est un intervalle de onze demi-tons et la septième mineure un intervalle de dix demi-tons.

Certains intervalles peuvent prendre un nom qui dépend du contexte.

Ainsi, un intervalle de six demi-tons peut s'appeler un intervalle de quinte diminuée ou un intervalle triton.

Prenons l'exemple des intervalles [Fa Si] et [Si Fa] dans la tonalité de Do majeur.

Ils possèdent tous les deux six demi-tons.

L'intervalle [Fa Si] comprend les notes Fa Sol La et Si, séparées par un ton un ton et un ton.

On l'appelle un triton.

Le triton ou quarte augmentée (ou quarde sensible) est situé sur le quatrième degré des modes majeur et mineur.

Par contre l'intervalle [Si Fa] est constitué par les cinq notes Si Do Ré Mi et Fa, séparées par un demi-ton un ton un ton et un demi-ton.

C'est aussi un intervalle de trois tons, mais il s'appelle une quinte diminuée.

Il y a aussi l'intervalle de quinte augmentée qui contient huit demi-tons, comme l'intervalle de sixte mineure.

Enfin, il y a l'intervalle de septième diminuée de neuf demi-tons, qui correspond à une sixte majeure.

Un intervalle de douze demi-tons est appelé une octave.

Les intervalles plus grands qu'une octave sont appelés intervalles de neuvième mineure ou majeure, de onzième, de treizième...

On utilise parfois des lettres minuscules et majuscules pour écrire les intervalles.

s S t T Q Q+ Vdim V V+ X X 7dim 7 7M O n N pour les intervalles du plus petit au plus grand.

On peut alors écrire les accords et leurs renversements comme succession d'intervalles.

TtQ est un accord majeur avec redoublement de sa tonique, tQT est l'accord de sixte et QTt l'accord de quarte et sixte.

J :

K :

L :

M :

Modes d'une gamme

Ce sont les ensembles de notes jouées en commençant par les 7 degrés de la gamme.

Le premier mode est appelé le mode de Do, le deuxième le mode de Ré...

On rencontre aussi les noms ionien, dorien, phrygien, lydien, mixolydien, éolien et locrien, qui désignent les 7 modes des grecs.

Nous utiliserons de préfèrence la première terminologie.

En musique tonale classique, on n'utilise que le mode majeur (mode de Do d'une gamme majeure) et le mode mineur harmonique (mode de la dans lequel la septième a été augmentée d'un demi-ton pour en faire une sensible)

Motif de notes

Un motif de notes est un arrangement de notes que l'on répète dans les différents modes d'une gamme.

Pour écrire un motif de notes, on écrit une suite de nombres, qui représentent la position des notes dans la tonalité choisie.

On trouve des exercices de technique instrumentale qui utilisent des motifs de notes, comme dans la méthode de Hanon pour le piano.

Motif de notes 1 3 4 5 6 5 4 3 pour les modes de la gamme de Do majeur

Motif de rythme

Un motif de rythme est un assemblage de rrythmes que l'on répète mesure par mesure, ou dans un motif de notes, ou dans une grille d'accords.

On utilise les conventions 1 pour la ronde, 2 pour la blanche 4 pour la croche et 8 pour la double croche.

Motif de notes 1 3 4 5 6 5 4 3 et le motif de rythme 2 4 4 pour les modes de la gamme de Ré majeur

Mouvements des voix

Ce sont les mouvements que peuvent faire les 6 paires de voix d'une harmonisation à quatre voix (basse, ténor, alto et soprano)

On distingue quatre sortes de mouvements :

Les mouvements parallèles pour lesquels les deux voix montent ou descendent en conservant le même intervalle.

Les mouvements contraires pour lesquels une voix monte et l'autre descend.

Les mouvements obliques pour lesquels une voix reste fixe et l'autre se déplace.

Les mouvements directs pour lesquels les deux voix se déplacent dans un même sens, comme dans les mouvements parallèles, mais sans que l'intervalle qui les sépare soit conservé.

Mouvement direct : gamme de Do dièse majeure par tierces ascendantes

En harmonie classique, des règles interdisent certains mouvements jugés trop plats, comme les mouvements parallèles d'octaves et de quintes consécutives.

Il n'est pas rare de trouver des quintes consécutives dans certaines musiques, comme le hard rock, par exemple.

Mouvement obligé

En harmonie classique, on rencontre des mouvements obligés.

C'est le cas de la résolution de l'accord de septième de dominante vers l'accord de tonique dans la cadence parfaite.

En Do majeur, par exemple, le triton [Fa Si] doit aller vers la sixte [Mi Do]

De même pour la résolution de l'accord de neuvième, la nevième doit aller vers la tonique.

Mouvement obligé : [Fa Si] vers [Mi do]

N :

Note

Une note est un son qui correspond à une touche du piano, par exemple.

On les désigne par des nombres, par des lettres, par des noms conventionnels...

La notation chiffrée correspond à la suite 1 2 3...12 pour les douze notes d'une gamme chromatique.

On adopte les conventions suivantes, pour désigner les notes d'autres octaves :

13 14 15 ... 25 désigne les notes de l'octave au-dessus de la précédente.

On place un _ derrière les chiffres des notes pour désigner les deux octaves au-dessous des deux octaves précédentes, soit 1_ 2_ 3_ ... 24_

La notation anglosaxonne des notes est C D E F G A B pour Do Ré Mi Fa Sol La Si

On place le signe # ou la lettre minuscule b après la lettre de la note pour indiquer une note dièsée ou bémolée.

On a choisi les conventions suivantes pour écrire les notes de quatre octaves successives :

C, D#, D, ... B, c, c#, d, ... b, C C# D ... B c c# d ... b c'

Pour la notation française, on écrit le nom des notes précédés du mot dièse bémol ou bécarre, avec des conventions analogues aux notations anglosaxonnes pour préciser l'octave :

Do, dièse Do, ... Si, do, dièse do, ... si, Do dièse Do ... Si do dièse do ... do'

Remarques :

La notation chiffrée est pratique pour transposer une tablature puisqu'il suffit d'ajouter (ou de retrancher) le nombre de demi-tons de la transposition au chiffre de la note.

La notation anglosaxonne est pratique pour écrire les noms des accords et les tablatures d'une manière assez condensée.

La notation française (assez lourde) sert uniquement pour écrire les notes, les accords...dans les cours (en français)

O :

Octave

Une octave est un intervalle juste de huit degrés soit douze demi-tons.

En harmonie classique, il est interdit de faire des mouvements parallèles d'octaves, jugés trop plats.

P :

Pédale

Une pédale en harmonie est une note tenue sur une voix, qui est en général la basse.

Dans une suite d'accord, la pédale est une note naturelle du premier accord, qui est souvent la tonique ou la dominante de l'accord.

Elle est tenue pendant les autres accords, pour lesquels elle peut en être une note étrangère, mais elle doit être une note naturelle du dernier accord.

Q :

Quarte

La quarte est un intervalle juste de quatre degrés soit cinq demi-tons.

C'est le renversement de la quinte.

La quarte peut être diminuée ou augmentée d'un demi-ton.

On trouve une quarte augmentée sur le quatrième degré des modes mineurs et majeurs, appelé triton (ou quarte sensible)

Dans les tonalités de Do majeur et de Do mineur, c'est l'intervalle [Fa Si] entre la quarte et la sensible (d'où son nom de quarte sensible)

On trouve aussi une quarte augmentée sur le sixième degré du mode mineur harmonique, soit [bémol La Si] dans la tonalité de Do mineur.

On trouve une quarte diminuée sur le septième degré du mode mineur, soit l'intervalle [Si bémol Mi] en Do mineur.

Notations :

Q intervalle de quarte juste

Q- et Q+ intervalles de quarte diminuée et de quarte augmentée

On peut utiliser la notation Q pour désigner les renversements d'accords comme superposition d'intervalles.

Avec ces notations, le second renversement d'une triade majeure Tt s'écrit QTt et celui d'une triade mineure tT s'écrit QtT.

On peut préciser la basse de l'accord en notation anglosaxonne, comme G/QTt pour l'accord de quarte et sixte de Do majeur, par exemple.

G/QTt : accord de quarte et sixte de Do majeur

Quinte

La quinte est un intervalle juste de cinq degrés soit sept demi-tons.

C'est le renversement de la quarte.

La quinte peut être diminuée ou augmentée d'un demi-ton.

On trouve une quinte diminuée sur le septième degré des modes mineurs et majeurs.

On trouve une quinte diminuée sur le deuxième degré du mode mineur et une quinte augmentée sur son troisième degré.

Notations :

V intervalle de quinte juste

V- et V+ intervalles de quinte diminuée et de quinte augmentée

On peut utiliser cette notation pour décrire des accords comme superposition d'intervalles.

Par exemple, VX est la superposition d'unequinte et d'une sixte majeure.

On peut écrire une basse en notation anglosaxonne, comme C/VX pour la basse Do (l'accord sera alors [C G] suivi de [G e]

L'accord sera transposé, si l'on choisi le nombre de demi-ton de la transposition.

Quand on n'indique pas de basse, la basse par défaut est la tonique du ton courant.

VX avec la transposition de 2 demi-tons : accord de Ré majeur sous la forme [D A] [Af#]

R :

Renversement

Le renversement d'un intervalle est obtenu en échangeant ses notes de début et de fin.

La réunion d'un intervalle et de son renversement est une octave, c'est à dire un intervalle de douze demi-tons.

Notation :

seconde diminuée s renversement septième majeure 7M

seconde S renversement septième mineure 7

tierce mineure t renversement sixte majeure X

tierce majeure T renversement sixte mineure x

quarte Q renversement quinte V

quinte V renversement quarte Q

sixte majeure X renversement tierce mineure t

sixte mineure x renversement tierce majeure T

septième mineure 7 renversement seconde S

septième majeure 7M renversement seconde diminuée s

On rencontre aussi les intervalles Q- Q+ V- et V+

On peut utiliser ces notations (à l'exception de S S 7 et 7M) pour écrire des accords sous la forme de superposition d'intervalle.

Par exemple VQT dans le ton de do est la superposition des intervalles [C G] [Gc] et [c e].

Accord Q+tt dans le ton courant

Retard

On parle de retard quand une ou plusieurs notes d'un accord sont tenues pendant l'accord suivant, pour lequel elles deviennent des notes étrangères.

Ces notes étrangères sont alors résolues sur les notes de ce second accord.

Rythme

On définit un rythme en choisissant une suite de durées pour l'exécution des notes ou des accords successifs.

Ce motif est répété de mesure en mesure.

Il peut être interrompu par un break sur une mesure, pour éviter la monotonie de la répétition.

S :

Seconde

Une seconde est un intervalle entre deux notes consécutives d'une gamme.

Il existe des secondes mineures d'un demi ton, majeures d'un ton et augmentées d'un ton et demi.

Par exemple, l'intervalle entre le sixième degré et la sensible dans un mode mineur harmonique est une seconde augmentée.

C'est cette seconde augmentée qui donne un caractère oriental au second tétracorde du mode mineur harmonique.

En Do mineur, ce tétracorde s'écrit Sol bémol La Si Do.

Il est remplacé par le tétracorde Sol La Si Do dans le mode de Do mineur mélodique.

Notations :

S intervalle de seconde majeure

s intervalle de seconde mineure

Sensible

On appelle sensible la note du septième degré, quand elle est située un demi-ton en dessous de la tonique (ou de l'octave)

Dans le mode mineur naturel (mode de La d'une gamme majeure) la septième est située un ton au-dessous de l'octave.

Dans l'harmonie classique, on a haussé cette septième d'un demi-ton, pour en faire une sensible.

Le mode de la (mode mineur naturel) devient ainsi le mode mineur harmonique.

Septième

Une septième est un intervalle de sept degrés.

C'est le renversement d'une seconde.

La septième peut être majeure soit onze demi-tons, mineure soit dix demi-tons ou diminuée soit neuf demi-tons.

Dans le mode majeur, on trouve une septième mineure sur les degrés II III V Vi VII et une septième majeure sur les degrés I IV.

Dans le mode mineur harmonique, ontrouve une septième majeure sur les degrés I III VI et une septième mineure sur les degrés II IV V.

On trouve une septième diminuée sur le septième degré du mode mineur harmonique.

Notations :

7M intervalle de septième majeure

7 intervalle de septième mineure

7dim intervalle de septième diminuée

Sixte

Une sixte est un intervalle de six degrés.

C'est le renversement de la tierce.

La sixte peut être majeure soit quatre tons et demi ou mineure soit quatre tons.

La sixte majeure est le renversement de la tierce mineure

La sixte mineure est le renversement de la tierce majeure.

Notations :

X intervalle de sixte majeure

x intervalle de sixte mineure

On peut noter les accords comme superposition d'intervalles.

Avec ces conventions,on peut écrire le premier renversement d'un accord parfait sous la forme XV ou XTt (accord de sixte)

On peut préciser la basse de l'accord en notation anglosaxonne sous la forme E/XV pour l'accord de Do majeur sous sa forme d'accord de sixte (premier renversement) par exemple.

Si la basse n'est pas indiquée, l'accord sera exécuté comme suite d'intervalle dans le ton courant.

Sinon l'accord avec sa tonique sera transposé dans le toncourant de la transposition (si celle-ci est indiquée par son nombre de demi-tons)

F#/XV : accord de Ré majeur accord de sixte (premier renversement)

T :

Tétracorde

Un tétracorde est un ensemble de quatre notes consécutives d'unegamme, caractérisé par les écarts entre ses notes.

Par exemple, une gamme majeure est constituée de deux tétracordes d'un ton, un ton et un demi-ton superposés et séparés par un ton.

Le premier tétracorde d'une gamme mineurenaturelle, harmonique ou mélodique est caractérisé par les écarts d'un ton un demi-ton et un ton.

Le second tétracorde d'une gamme mineure mélodique est identique au tétracorde d'une gamme majeure.

Tierce

Une tierce est un intervalle de trois degrés.

C'est le renversement de la sixte.

Une tierce peut être majeure soit deux tons, ou mineure soit un ton et demi.

La tierce majeure est le renversement de la sixte mineure.

La tierce mineure est le renversement de la sixte majeure.

Notations :

T intervalle de tierce majeure

t intervalle de tierce mineure

On peut noter les accords comme superposition de tierces majeures ou mineures.

Avec ces conventions, une triade majeure s'écrit Tt et une triade mineure tT

On peut préciser la basse de l'accord en notation anglosaxonne sous la forme C/Tt pour l'accord de Do majeur sous sa forme fondamentale, par exemple.

Si la basse n'est pas indiquée, l'accord sera exécuté comme suite d'intervalle dans le ton courant.

Sinon l'accord avec sa tonique sera transposé dans le toncourant de la transposition (si celle-ci est indiquée par son nombre de demi-tons)

D#/Ttt : accord de Do dièse septième comme superposition de tierces

Ton

Un ton est un intervalle de deux demi-tons.

Le ton désigne aussi le nom d'une gamme définie par sa tonique (indépendamment de son mode)

Tonicité

La tonicité est l'association d'un ton et d'un mode.

Par exemple, on parlera du ton de Do majeur ou de Ré mineur mélodique.

Quand on ne précise pas la nature du mode mineur, il s'agit toujours du mode mineur harmonique.

La connaissance de la tonicité est nécessaire pour caractériser les accords situés sur les degrés de la gamme correspondante.

On utilisera les abréviations maj, minnat, minharm et minmelo pour désigner les modes majeurs, mineurs naturels, harmoniques et mélodiques.

Triton

Le triton est un intervalle de trois tons situé entre le quatrième degré et le septième degré d'une gamme majeure, d'une gamme mineure harmonique ou mineure mélodique.

C'est le seul intervalle de trois tons, que l'on retrouve dans les accords de septième de dominante (qui sont identique pour les tons majeurs et pour les tons mineurs)

U :

V :

W :

X :

Y :

Z :

Retour dans la page index du site studyvoxfree