Chapître 1 : Accompagnement des mélodies

Pour accompagner une mélodie, on commence par rechercher sa tonalité de début et on construit une grille d'accords que l'on jouera en mesure.

Tonalité et mode

Une tonalité est la donnée d'un ton et d'unmode d'une gamme.

On distingue les gammes majeures {SSsSSSs} et leurs modes VI {SsSSsSS} appelé mode mineur naturel

La gamme mineure harmonique {SsSSsS+S}={SsSSsts} est obtenue en augmentant la septième de la gamme mineure naturelle d'un demi-ton pour en faire une sensible.

La gamme mineure mélodique {SsSSs+ts}={SsSSSSs} s'obtient en remplaçant le tétracorde {sts} par le tétracorde {SSs} identique au second tétracorde d'une gamme majeure.

Exercice 0 : Gammes et modes des gammes majeures dans tous les tons

Accords constitutifs et grilles d'accords

Les accords constitutifs d'une gamme sous leur forme fondamentale sont construits sur chaque degré en superposant une suite de tierces conjointes.

La note située sur le degré s'appelle la tonique de l'accord, la deuxième est la tierce, la troisième est la quinte...

Les accords de deux tierces sont des triades, ceux de trois tierces sont des accords de septième...

Par exemple, l'accord de septième situé sur le degré V d'une gamme majeure ou mineure harmonique ou mélodique, appelé accord de septième de dominante s'écrit Ttt

C'est le seul accord majeur qui posséde une septième mineure.

Il jouera un rôle important en harmonie tonale, par la présence de sa quinte diminuée v=tt

Une grille commence par des accords situés sur les degrés de la gamme, qui peuvent faire apparaître des retards, des notes étrangères à la tonalité qui peuvent indiquer une modulation, des notes suspendues...

Harmonisation d'une gamme majeure

Pour ne pas travailler trop de difficultés à la fois, il est préférable d'étudier le mouvement des voix aux deux mains pour commencer, indépendamment du rythme et des nuances.

Les accords seront des triades ou des accords de septième... sur une octave (accords fermés) ou sur deux octaves (accords ouverts)

On se contentera de jouer les accords en notes successives ou en accord plaqué, avec une ou deux mains.

Les accords ou les intervalles plaqués sont placés entre crochets et les arpèges sont placés entre accollades.

Le rythme et les nuances seront indiqués indépendamment de l'écriture des accords.

On peut commencer en choisissant de ne jouer que la tonique et la quinte d'un accord avec la main gauche et la tierce la quinte et l'octave de l'octave supérieure à la main droite.

On jouera consécutivement les accords constitutifs de la gamme majeure depuis le degré I jusqu'au degré VI.

Pour travailler l'indépendence des deux mains, on choisira un motif de rythme et un motif de nuance que l'on reproduira une main après l'autre puis simultanément.

Quand on sera à l'aise avec ce premier choix, on pourra travailler les deux mains avec des motif différents.

Mouvements des voix dans les cadences et les anatoles

Il faut connaître des suites d'accords que l'on rencontre souvent dans les chansons et les morceaux de musique classique ou le Jazz...

Certains qualifient ces suites de suites d'accords magiques, car elles se retrouvent dans d'innombrables morceaux, qui ne diffèrent les uns des autres que par le rythme et les nuances.

cadence parfaite V I, cadence plagale IV I, cadence II V I

Une cadence est une suite d'accords placés sur différents degrés I II III IV...d'une gamme.

Cadence parfaite

Lien externe : youtube exemples de cadences parfaites, plagales, modales...

L'accord parfait de la tonalité courante sous sa forme fondamentale commence ou termine une phrase musicale.

Une cadence parfaite comme I V peut se rencontrer au début et son inverse V I peut terminer une phrase ou marquer une pause (comme un point ou un point virgule en écriture)

Dans une tonalité majeure, on peut avoir :

Tt -T+t=vS +v-S=Tt

On remarque que la quinte diminuée v se transforme en +v-=T par mouvement obligé contraire d'un demi-ton, la tierce de l'accord de septième de dominante (sans sa quinte) monte sur la tonique de l'accord du degré I, tandis que sa septième descend sur la tierce de l'accord du degré I

On remarque que la tonique de l'accord du degré V reste fixe et devient la quinte de l'accord du degré I

On peut rencontrer une cadence semi-parfaite https://www.youtube.com/watch?v=-3ejnONRjUo I en partant d'un renversement de l'accord de septième de dominante comme :

STt donne -St+T++=tQT

On remarque que le triton |ST|=v donne par mouvement contraire -ST+=X la sixtemineure de l'accord du degré I

La substitution triton

On peut constater que deux tons séparés par une quarte augmentée Q+ ou par une quinte diminuée v échangent leurs intervalles {SSS} et {sSSs}

Par exemple, dans les tons de Do majeur et de Fa dièse majeur, on a :

Le triton f|SSS|=fQ+={f b} que l'on trouve dans l'accord G7={g b d f} s'échange avec la quinte diminuée f|sSSs|=fv={f b} que l'on trouve dans l'accord C#7={c# f g# b}

La substitution triton consiste à remplacer l'accord G7 par C#7, c'est à dire remplacer la tonique g par la tonique c# et la quinte d par g#,, et laisser les notes f et b fixes.

Cadence modale

La cadence V I , appelée cadence modale, dans le mode mineur naturel, rencontrée souvent dans les morceaux moyenageux, s'écrit :

QtT --Qt+5=Vx

Par exemple, dans le mode VI de ou mode naturel, la septième est une septième mineure, contrairement à la septième d'une gamme mineure harmonique ou mélodique qui est une sensible ou septième majeure.

En harmonie modale, la tierce de l'accord du degré V sera une tierce mineure, tandis qu'c'est une tierce majeure en harmonie tonale.

Par exemple , la cadence V I en harmonie modale sera Em7 Am tandis qu'elle s'écrira E7 Am en harmonie tonale en La mineur.

Cadence II V I et anatoles

Comme pour les cadence parfaites, on fera de même, pour des écritures et des analyses des mouvements des voix, avec la cadence I IV et son inverse IV I et plus généralement avec les suites de deux accords parfaits ou accords de septième construits sur deux degrés différents d'une tonalité majeure ou mineure, sous leurs formes fondamentale ou renversées, en respectant le principe de déplacement minimum des voix.

On pourra alors envisager une suite comme II V I qui se rencontre surtout dans le Jazz (avec des accords de septième) qui s'écrit :

tTt tT--t=tST --t-St+=tQ

Anatole I VI II V et accords magiques I V VI IV

Il est important de repérer les notes communes entre deux accords constitutifs d'une gamme majeure.

Cela facilite la réalisation au piano, puisque les doigts des notes communes pourront en général rester en place.

Les triades sur deux degrés consécutifs comme I II ou VII I n'ont aucune note commune.

On les jouera en général avec les mêmes doigts, en respectant les écarts des tierces mineures ou majeures, en déplaçant la main vers la droite ou vers la gauche d'un ton ou d'un demi-ton.

Les triades situés sur deux degrés séparés par deux ou cinq degré comme I III ou I VI ont deux notes communes.

On les jouera en gardant la main en place, seul un doigt se déplacera d'un ton ou d'un demi-ton.

Enfin les triades situés sur des degrés séparés par trois degrés comme I IV par exemple, ont une seule note commune.

Ils seront joués en gardant la note commune avec le même doigt ainsi que la main, tandis que deux doigts se déplaceront d'un ton ou d'un demi-ton en respectant les écarts entre les notes des deux triades.

Ces déplacements satisfont à la règle de déplacement minimum des voix.

Ils font apparaître des renversements des triades comme tQ ou QT pour la triade majeure Tt et TQ ou Qt pour la triade mineure tT

Exercices :

On jouera l'anapole I VI IV V en Do majeur avec des triades à la main droite et les basses à la main gauche, avec la règle de déplacement minimum des doigts.

On commencera avec le premier renversement de Do majeur à la main droite, en jouant successivement :

{e g C} {e a CC} {f a C} {g b D} {g C E}

tQ d++Q=Qt +Qt=Tt ++T++t++...

On fera cet enchaînement dans toutes les tonalités majeures.

On envisagera d'autres anatoles comme la suite d'accords magiques définie par les triades situées sur les degrés VI IV I V des gammes majeures, comme Am F C G en Do majeur.

Exercice 1 : Anatoles Do La mineur Fa Sol et La mineur Fa Do Sol avec déplacement minimum des voix

cadence rompue ou évitée, Modulations, notes étrangères, retard, anticipation

Quand la cadence parfaite V I est remplacée par l'accord de septième de dominante suivi d'un autre accord que l'accord du I, on parle de cadence rompue ou évitée.

Cela crée un effet de surprise.

De même, pour rompre la monotonie, on peut introduire dans des accords des notesétrangères.

Ces notes peuvent appartenir à la tonalité courante, comme dans les accords suspendus, les retards...

Lien externe : audiofanzine, retard et anticipation

En harmonie tonale, un retard est la prolongation d'une note réelle d'un premier accord sur l'accord qui lui succède.

Dans ce second accord, cette note devient une note étrangère produisant une dissonance passagère en se substituant à une note réelle de cet accord, par mouvement conjoint.

On remplace la tierce par la seconde dans un accord sus2 ou par la quarte dans un accord sus4

On peut rencontrer dans un accord ou dans une mélodie, une note etrangère à la tonalité courante sans qu'il y ait de changement de tonalité après.

On peut rencontrer, par exemple, un mouvement chromatique descendant de la tonique de la triade du degré I d'une gamme majeure, jusqu'à l'accord de septième de dominante du degré II, comme :

[C E G] [b E G] [bb E G] [a E G] [D F A]

Dans cet exemple, l'accord de La7=[a E g] (sans sa tierce c#) est un accord de transition vers l'accord de Ré mineur.

La note c# n'appartient pas a la tonalité de Do majeur.

On appelle cette note une note de passage

Quand il y a changement de tonalité, on parle de modulation.

Si l'on remplace l'accord de Ré mineur de l'exemple précédent par l'accord de Ré majeur, on obtient une modulation de la tonalité de Do majeur ver la tonalité de ré majeur par l'accord de passage de l'accord de septième la7, accord de septième de dominante de Ré majeur.

Résumé du chapître 1 :

On a vu l'importance de la quarte augmentée Q+ située sur le degré IV d'une tonalité majeure, ainsi que sa quinte diminuée v située sur son degré VII dans les cadences parfaites V I

Par exemple , en Do majeur, on a :

f{Q+}={f g a b}=f{SSS} triton, mouvement obligé -Q++=x

b{v}={b C D E F}=b{sSSs} quinte diminuée, mouvement obligé +v-=T

On a décrit les cadences construites avec les triades ou les accords constitutifs situés sur les degrés des modes d'une tonalité.

Par exemple, pour Do majeur, on a sur les degrés I II III IV V VI et VII, les accords de septième :

C7M=C[TtT] Dm7=D[tTt] Em7=E[tTt] F7M=F[TtT] G7=G[Ttt] Am7=A[tTt] Bm75b=B[ttT]

On a décrit des accords ouverts, des accords incomplets et des accords avec des notes étrangères comme :

Vx accord parfait majeur avec sa tierce à l'octave

vS premier renversement d'un accord de septième de dominante sans sa quinte

Liste des accords incomplets de septième, de neuvième...et de leurs renversements

SQ accord sus2 QS accord sus4

Retour dans la table des matières

Retour dans la page index du site studyvox.free.fr